Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le guide du Marseille colonial

Accompagne le Guide du Marseille colonial édité les éditions Syllepse et la courte échelle.éditions transit

Gallieni a eu sa place à Marseille…grâce à Pétain !

Publié le 2 Octobre 2022 par Daniel Garnier in Dans nos rues, Pour aller plus loin

 

Le Petit Marseillais du 23 juillet 1941

Nous nous sommes posé la question de l’existence d’une place au nom de Gallieni quand nous avons
vu qu’il existait un Hôtel Gallieni tout près de la Porte d’Aix.
Une lectrice de notre article nous a fait remarquer, sur le site site Marseille villages, que la place
Jules Guesde avait été rebaptisée place Gallieni sous le régime de Vichy. Nous la remercions pour sa
contribution. Effectivement, nous l’avions aussi écrit dans notre guide (page 49) mais nous ne
l’avions pas en tête au moment de l’écriture de notre article de blog.
« L’État Français » du Maréchal Pétain basé à Vichy en 1940 va, tout en collaborant activement avec
l’occupant nazi, lancer une campagne de promotion de l’empire colonial français.
Cet État va effectivement s’opposer frontalement à certaines des valeurs affichées par la troisième
république (devise républicaine, attachement à la déclaration des droits de l’homme, etc.).C’est ainsi
qu’on débaptise la rue Pressensé ( fondateur de la ligue des droits de l’homme), la place Jean Jaurès,
l’avenue Camille Pelletan et le boulevard Gaston Crémieux.
Dans le même temps, le régime de Vichy va revendiquer fièrement l’héritage de l’empire français
œuvre pourtant aussi de cette troisième république. Il organise dans tout le pays la « semaine
coloniale » au cours du mois de juillet 1941. C’est à cette occasion que va être inaugurée à Marseille
la place Maréchal-Gallieni mais aussi une place Maréchal-Lyautey (actuelle place de la Joliette) en
présence de Raymond Teisseire président du comité Provençal de la France d’Outremer. Teisseire a
encore son boulevard à Marseille et sa notice à la page 139 de notre guide. Les cérémonies de la
semaine étaient organisées par le Président de la Chambre de Commerce qui était alors Émile Régis,
rejeton de la famille Régis qui a sa notice à la page 163 de notre guide. Quant à la place Lyautey elle retrouvera, elle aussi, à la Libération son nom : place de la Joliette. Le nom du Maréchal-Lyautey sera attribué à une voie du 7ème arrondissement, aujourd'hui à l'intérieur du Parc Talabot (page 112 du guide).

 
Commenter cet article